10 Years Challenge : Buzz raté ou polémique légitime ?

Article / 07/02/2019 / Gloria von Beust & Joël Elshout

Le #10 years challenge pose la question de l’utilité faite par les réseaux sociaux de la reconnaissance faciale. Il est entendu que poster deux photos de soi avec 10 ans d’écart faciliterait énormément les algorithmes à détecter notre présence en ligne, mais il y a plus. Le visage devient presque comme une empreinte digitale qui permet à l’intelligence artificielle de reconnaître la personne et ses émotions. Ce sont bien sûr des données qui intéressent le monde de la publicité. Ex : les personnes qui ont pris du poids en 10 ans pourraient constituer une base de données pour la vente de produits de régime.

Facebook dément être à l’origine de ce mouvement en disant que ce n’est qu’une preuve d’amusement de l’utilisateur sur leur plateforme. En rapport à cela, le site Intelligencer (appartenant au New York Magazine) a mis en ligne un article confrontant cette théorie : « Facebook doesn’t need to fool you ».

On y lit qu’il est certain que Facebook conserve toutes les images enregistrées et qu’elles servent à enrichir leur base de données. Ceci servira-t-il à enrichir leur outil de reconnaissance faciale ? Probablement. Mais si on peut s’inquiéter du fait que toutes ces données se retrouvent dans une société privée, on peut également se réjouir du fait que cela va faire avancer la technologie de reconnaissance faciale. Cette technologie sert d'ores et déjà à la résolution d’enquête de police ou à retrouver des enfants disparus des années plus tard. On peut donc espérer retirer du positif de ce challenge si Facebook décide un jour de partager son savoir sur l’outil de reconnaissance faciale.

L’auteur de l’article indique que Facebook dispose déjà d'une grande base de photos lui permettant d'aider ses algorithmes : il s'agit du site Facebook lui-même. Et si l'entreprise était à la recherche d'autres data, elle pourra en trouver des dizaines aisément accessibles.

facebook-1103707_1280.jpg

Ensuite, Facebook possède déjà une immense base données d’informations vous concernant et pouvant être utilisées à des fins de marketing. La plateforme continue à en acquérir grâce à toutes vos interactions sur sa plateforme, mais aussi sur d'autres sites web, via des applications tierces. Revenons sur les craintes de la plupart des personnes sur la possible utilisation de Facebook. Le réseau social rassemble déjà des milliards de nos photos avec notre autorisation. Peut-on imaginer un seul instant que ces 2 photos supplémentaires soient un danger pour notre vie privée ? Pas directement. Mais bien entendu, le risque que ces données soient reprises par des sociétés utilisant la biométrie est réel. La question revient donc vers l’utilisateur : Facebook permet à ses utilisateurs de désactiver la reconnaissance faciale via ses paramètres. S’il accepte de divulguer ces photos, il accepte par la même occasion que des personnes étrangères la consulte.

Ce big buzz du 10 years challenge a été abondamment repris et réutilisé notamment pour la bonne cause. Ainsi, des organisations comme Greenpeace ou le WWF ont postés des photos alertant sur l’état de la planète.

En conclusion, ce challenge nous montre plutôt que nous devons choisir avec prudence quand, où et comment nous partageons nos données si nous ne voulons pas que les informations nous concernant soient mal utilisées ou utilisées à mauvais escient.

© Auxipress 2018 - CSR - Privacy policy
Notre site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Lisez notre privacy policy pour en savoir plus.