Article / 18/12/2019 / Marcom

L’esport au B19 Mons : Interview de Philippe Bouillon

Ce mardi 10 décembre, Auxipress était invité par le cercle business B19 de Mons à présenter un sujet qui fait de plus en plus la une de l’actualité ces derniers mois : l’esport.

b19_banner.jpg

Bien décidé à combiner sa propre expertise d’analyse des médias à une expertise de l’esport, Auxipress a invité une figure emblématique de la discipline en Belgique, à savoir Philippe Bouillon. Celui-ci s’est joint à nous et a accepté de répondre à nos questions devant un public intéressé et avide d’en savoir plus.

Fondateur de la Louvard Game, une société d’esport belge visant à promouvoir les compétitions de manière professionnelle en Belgique, Philippe Bouillon a plusieurs casquettes. Il est également manager de l’équipe d’esport du RCSC Charleroi, ainsi qu’administrateur délégué de la société Imperium. Toutes ces casquettes font de lui une référence de la discipline, et l’allié idéal d’Auxipress pour décortiquer ce phénomène lors de cet afterwork organisé par le B19 à Mons.

Auxipress, fort de ses 100 années d’expérience dans les médias, a présenté son étude sur l’esport dans une introduction qui visait à analyser l’intérêt des médias pour la discipline. Avec une augmentation de la visibilité médiatique de 1 467% entre janvier et décembre 2018, il va sans dire que la discipline a explosé ces dernières années en Belgique. Plus développée dans le sud du pays pour le moment, elle ne stagne pas pour autant en Flandre, et est également en pleine croissance. Une analyse thématique a également pu mettre en avant le fait que ce sont les joueurs qui sont le plus souvent associés à l’esport. À la surprise de certains dans la salle, l’analyse a également démontré que Fortnite est le jeu le plus mentionné dans la presse belge en 2019. En ce qui concerne l’analyse des marques, il en ressort que Twitch est celle qui est la plus régulièrement mentionnée, devançant ainsi un pionnier du sponsoring esport belge, Proximus.


artboard_1_copy_2(3).jpg

Est ensuite venu le temps de l’interview de Philippe Bouillon.

La discipline était encore fort incomprise, il commence par démonter certains clichés qui sont toujours associés à l’esport aujourd’hui. Comme il l’explique, les joueurs professionnels sont de véritables pros : « Il ne faut pas croire qu’ils jouent 8-10 heures par jour tous les jours. Être joueur professionnel demande de l’entrainement sur le jeu certes, mais cela demande également une certaine hygiène de vie ». S’il accepte l’argument du manque de filles dans les sports électroniques, il souligne cependant le fait que des efforts sont fournis pour essayer de contrer cela. « On a par exemple lancé le premier tournoi réservé uniquement pour les femmes sur CS:GO ».

Philippe Bouillon est très positif lorsqu’il évoque la couverture médiatique de l’esport. Si celle-ci croît à la fois dans les médias endémiques (comme Twitch par exemple) et dans les médias traditionnels, il met le doigt sur un point qu’il juge très important : « Les médias traditionnels sont eux aussi en train de se spécialiser. J’ai appris par exemple, qu’un journaliste d’un quotidien très connu avait été engagé pour travailler à temps plein sur la discipline. C’est positif ! ».

Malgré sa position et sa passion, notre interlocuteur reste malgré tout objectif lorsqu’il évoque le tournoi de CES Charleroi, en partie organisé par sa structure, la Louvard Game. Pour la toute première fois en Belgique, organisé un tournoi international était organisé sur le jeu Counter Strike. Avec un cash prize de 100 000€, l’événement faisait figure de géant à l’échelle de la Belgique. Le succès de cet événement est débattu, et les avis partagés. Philippe Bouillon reste très mesuré dans ses propos. « Globalement je suis content, et il faut l’être. C’était une première en Belgique un événement de cette ampleur, et avec plus d’un million d’impressions en ligne sur le weekend, on peut dire que cela a été un succès à ce niveau-là. Sur place en revanche, la salle était loin d’être remplie et c’est dommage, mais il n’y a pas encore cette culture de se déplacer pour aller voir l’esport dans les stades en Belgique. »

Lorsqu’il s’agit de clôturer cette soirée, Philippe Bouillon est positif mais reste prudent. Il sait d’où l’esport vient, et il sait également ce qu’il reste à accomplir pour que la discipline atteigne le niveau qu’elle peut avoir aux Etats-Unis ou dans certains pays d’Asie par exemple. « On est véritablement dans une période charnière en Belgique. Il y a de plus en plus de marques qui investissent, et il y a aussi de plus en plus d’argent dans l’esport dans notre pays. Il est dès lors primordial de bien se faire conseiller. » Les enjeux sont majeurs, mais les perspectives d’avenir pour la discipline le sont tout autant !

La collaboration entre Auxipress et Philippe Bouillon fut indéniablement un succès lors de cette conférence du B19 Hainaut ! L’expertise des médias associée à l’expérience et la connaissance de l’esport a ravi un public demandeur et a peut-être même éveillé un intérêt nouveau chez certains pour cette discipline dont l’avenir est, on l’espère, radieux.

Partager cette publication
© Auxipress 2020 - CSR - Privacy policy
Notre site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Lisez notre privacy policy pour en savoir plus.