Rencontre avec 7 leaders de l'industrie des médias

Article / 08/10/2018 /

Ces 1er, 2 et 3 octobre derniers s’est tenu à Copenhague le 50ème congrès international de la FIBEP. 3 jours intenses avec un programme des plus intéressants entre présentations, rencontres et nombreuses occasions d’échanger des idées, de se mettre à jour et d’approfondir ses connaissances du marché du monitoring et des analyses média.

La FIBEP (Fédération Internationale des Bureaux d’Extraits de Presse) existe depuis 1953 et est la plus large association dans l’industrie des Media Intelligence et Communication Insights. Depuis 1953 à Paris jusqu’à Copenhague en 2018, la FIBEP a organisé 50 congrès. Comptant 18 membres lors de la première rencontre internationale organisée, ils sont aujourd’hui plus de 135, issus des 5 continents.

De plus, la fédération via les conférences et meetings organisés, représente la meilleure occasion de développer des partenariats, comparer les différentes façons de faire et produits et s’informer sur les nouvelles tendances afin de rester au top dans ce marché qui change et se globalise très rapidement. Ce phénomène est encore décuplé par les médias sociaux et la digitalisation.

C’est pourquoi les données et leur valeur toujours croissante ont été au centre de nombreuses discussions pendant ce congrès.

En effet, le media monitoring et l’analyse de données sont des sources d’information particulièrement intéressantes au regard des conseils et insights qu’ils peuvent donner. Aussi, si l’on considère la combinaison de médias traditionnels (presse écrite, radio, TV), digitaux (web) et médias sociaux, cela représente une immense manne de données qui peut avoir beaucoup de valeur et d’impact pour chaque société.

Durant ce congrès, nous avons eu l’occasion d’assister à de brillantes présentations à propos de nouvelles technologies, visualisation de données, design thinking, achats et fusions de sociétés dans notre industrie, copyright et best practices. Celles-ci ont certainement donné de l’inspiration à tous pour les prochains mois.

En parallèle à ce programme des plus intéressants, nous avons eu la chance de pouvoir discuter avec plusieurs leaders de notre industrie : Laura Garcia, présidente de la FIBEP et CEO de Global News, Mazen Nahawi CEO et fondateur de Carma, Oresti Patricios, CEO chez Ornico Group, Annele Jokelainen, CEO chez Meedius International, Florian Laszlo, Secrétaire général de la FIBEP et CEO chez Observer, Alessandro Cederle, CEO chez l’Eco della Stampa et Joachim von Beust, Administrateur-délégué d’Auxipress.

Comment pensez-vous que les services de monitoring et analyses media vont évoluer au cours des 2 à 5 prochaines années?

Oresti Patricios, Vice-président de la FIBEP et CEO chez Ornico Group (Afrique du Sud): " Je ne serais plus dans ce domaine, si je n’estimais pas qu’il présente des opportunités pour les 2 à 5 prochaines années. Cependant nous devons évoluer. Nous devons comprendre le customer journey, pas seulement du côté communication mais aussi d’un point de vue marketing. De même que nous devons prendre en compte celui des CEO tout comme des data scientists. "

Joachim von Beust, Administrateur-délégué chez Auxipress: " Nos services devront aller droit à l’essentiel, de façon à permettre au client d’y voir directement une utilité. Nos produits seront plus précis, plus ciblés et axés analytique. Le travail se fera en partenariat avec le client, main dans la main, d’une façon comparable à de la consultance. Mais le plus important sera les insights (conseils) qui se feront de plus en plus stratégiques.

Le monitoring sous sa forme classique aura moins d’intérêt comme produit en soi et ne sera plus la base de notre métier. Celui-ci partira plutôt d’un problème précis à régler avec le client.

Nous pouvons résumer cela en quelques mots : des solutions plus précises, plus claires et plus directes ".

fibep-copenhague.jpg

Quels sont les plus grand avantages et challenges que l’on rencontre en travaillant dans une société familiale?

Annele Jokelainen– CEO de Meedius International (Finlande) : " La confiance est probablement le plus grand atout des sociétés familiales.

Dans chaque famille, il y a certains membres qui disent les choses de manière honnête et très directe. Ce qui peut causer des conflits mais tout aussi bien être très positif à beaucoup de niveaux. Le grand désavantage d’une société familiale est le risque de rester satisfait de son travail et de ne plus innover. "

Une session et plusieurs présentations ont abordé le sujet des fusions et acquisitions dans notre industrie. Que pensez-vous des modèles présentés ? Est-ce plus approprié de concentrer ses forces pour faire croître sa propre société ? 

Florian Laszlo, Secrtétaire Général de la FIBEP et CEO d'Observer (Autriche) : " Selon moi, il n’y a pas une seule bonne méthode, mais bien plusieurs. Il évidemment nécessaire d’améliorer sa société seul mais cela peut également être fait via acquisition si l’on désire croître et acquérir de nouvelles expertises.

Certains clients ont tendance à rester fidèle à leur fournisseur de monitoring et intelligence média. Vu qu’ils sont réticents à ce changement, un modèle basé sur les acquisitions peut être une bonne solution pour faire grandir une société. "

Les deux dernières présidentes de la FIBEP sont des femmes. Selon vous, est-ce un changement positif pour la FIBEP et un signe positif pour le monde de l’information ? 

Laura Garcia, Présidente de la FIBEP et CEO de Global News (Argentine) : " C’est une immense opportunité. Je suis une femme qui adore être une femme et partager cela avec des jeunes femmes pour les rendres plus fortes. Johna Burke est l’ancienne présidente de la FIBEP et sera à l’AMEC comme ambassadrice de la Fédération. 

De nombreuses sociétés sont membres de la FIBEP comme de l’AMEC, ce qui donne lieu à une grande compréhension et des échanges entre les deux fédérations. C’est l’occasion de rouvrir le débat à propos de la nature de la relation entre les deux. Je suis en faveur d’une collaboration et reste convaincue qu’il n’y a pas d’avantage à être en compétition.

La FIBEP est maintenant une association mature et je pense qu’il est possible de relancer le débat tout en ayant une formule qui diffère du passé."

Selon vous, quelles sont les opportunités de croissance pour l’industrie du monitoring média et du media intelligence ?

Mazen Nahawi, CEO de  Carma International (Emirats Arabes Unis) : " L’écart va se creuser entre les données à bas prix et de moins bonne qualité et les insights à haute valeur ajoutée. Les sociétés qui seront capable de faire cela correctement ont certainement plus de chances de croissance.

Il sera extrêmement important de miser sur le côté international du conseil afin d’élargir la clientèle à qui l’on s’adresse. Investir également dans les nouveautés en mobilité et visualisation de données afin d’offrir aux gens plus de contrôle de leurs données."

Alessandro Cederle, CEO de L’Eco della Stampa: " Les changements rapides de ces 12 derniers mois ne vont que s’accentuer.

La technologie sera de plus en plus nécessaire et l’expertise indispensable pour être présent sur le marché augmentera encore. Selon moi les data scientists et spécialistes en visualisation de données seront les prochains personnages-clés de notre industrie.

Notre plus gros défi sera l’élargissement de nos cibles au monde du marketing et de la communication, côte à côte avec les professionnels des relations publiques (PR professionals). "

Heureux et fiers de faire partie d’un ecosystème dynamique comme celui de l’analyse et du monitoring média, mesurant aussi la chance que nous avons de nous développer dans une société familiale, nous voici rentrés des idées et nouveaux projets plein la tête. En plus d’un optimisme au vu de ces nouvelles perspectives qui s’ouvrent sur le futur de nos métiers qui nourriront certainement de nombreuses discussions au cours de ces prochains mois.

Pietra and Lisa
© Auxipress 2018 - CSR - Privacy policy
Notre site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Lisez notre privacy policy pour en savoir plus.